منتدى الخضر

منتدى تربوي تعليمي وتثقيفي يبحث عن الحكمة أينما وجدها أخذها فهذّبها ثم أعطاها


    théorie: la nouvelle fantastique

    شاطر

    karim

    عدد المساهمات : 39
    تاريخ التسجيل : 01/06/2011

    théorie: la nouvelle fantastique

    مُساهمة  karim في الأربعاء يونيو 01, 2011 11:38 pm

    [left] Etude d’une nouvelle fantastique

    I – Rappels théoriques

    a - Définition d’une nouvelle fantastique
    La nouvelle est un genre littéraire qui se caractérise par sa brièveté, sa concision, son nombre restreint de personnages, une intrigue ou une fin surprenante. Elle comporte impérativement un titre qui ajoute du sens à l’intrigue.
    Le récit fantastique est :
    • un registre des effets et de l’émotion, qui vise à susciter différentes réactions chez le lecteur (étonnement, inquiétude, peur, angoisse, épouvante) par l’utilisation d’un vocabulaire affectif, d’images et de tournures hyperboliques
    • un jeu ambigu aux frontières du réel et de l’imaginaire, du rationnel et de l’irrationnel, dont le but est de déstabiliser le lecteur au moyen d’une ponctuation expressive, de phrases inachevées ou de modalisateurs
    • l’emploi fréquent du point de vue interne renforce cette incertitude propre au récit fantastique qui rompt l’ordre normal des choses
    b – Structure de la nouvelle
    La construction d’un récit varie selon les intentions du narrateur ; un cadre général est cependant indispensable :
    1- Introduction = présentation du thème et du personnage principal.
    2- Situation initiale = mise en place du cadre et des personnages.
    3- Evénement perturbateur = bouleversement de l’ordre initial. (la péripétie est un nouvel événement, inattendu et qui redouble l’événement perturbateur).
    4- Situation finale = un nouvel ordre s’instaure à la suite de l’événement.
    5- Conclusion = rappel du thème principal ; réflexion sur l’événement.

    c – Structure complexe de la nouvelle fantastique
    Récit cadre : présente les personnages et les circonstances ainsi que le narrateur qui prendra en charge la suite de l’histoire, il permet aussi d’amorcer la tension dramatique et d’opérer des anticipations
    Récit encadré : est un récit inséré à l’intérieur du premier récit et il est raconté par un narrateur relais ( le narrateur peut demeurer le même dans le récit cadre et dans le ou les récits encadrés.



    d – La focalisation :
    la focalisation consiste à recentrer l'œil du lecteur sur un détail (d'un objet, d'un personnage etc.) considéré précédemment dans l'ensemble auquel il appartient.

    La focalisation zéro
    • C'est lorsque le narrateur connaît tout de l'histoire racontée. On parle aussi de « narrateur omniscient ».
    La focalisation externe
    • C'est lorsque le narrateur ne rapporte que les apparences extérieures de l'histoire. Le narrateur tient ainsi le lecteur en attente.
    La focalisation interne
    • C'est lorsque le narrateur raconte tout ce qu'il voit, tout ce qu'il sait et tout ce que pense un personnage.
    *LE POINT DE VUE NARRATIF
    La situation du narrateur par rapport au récit détermine la réception du récit par le lecteur (auditeur / spectateur) :
    • si le récit est fait à la 1° personne, le point de vue adopté sera alors celui du personnage
    ► le lecteur ressent une impression d’authenticité, de vécu (effet de réel)
    • si le récit est à la 3° personne, le point de vue narratif peut être :

    Le narrateur en sait plus que les personnages. NARRATEUR OMNISCIENT ► Le lecteur est informé de tout.
    Le narrateur en sait moins que les personnages. NARRATEUR EXTERNE ► Le lecteur veut en savoir plus → effet de suspense
    Le narrateur en sait autant (mais pas plus) qu’un (seul) des personnages. NARRATEUR INTERNE ► Le lecteur découvre les choses à travers le regard du personnage
    → effet de réel
    Remarque : le point de vue narratif peut changer au cours du récit, ce qui permet de l’enrichir.
    e - Le rythme du récit
    L’auteur peut varier le rythme du récit ; ces variations se mesurent en comparant :
    • le temps de la narration : il se mesure en lignes, pages, volume de texte ;
    • le temps de l’histoire : il se mesure en heures, jours, années de l’histoire racontée. Selon l’importance que le narrateur donne aux événements, il peut :
    mettre en valeur un moment fort, important, de l’histoire Temps de la narration
    = temps de l’histoire SCENE
    interrompre le récit pour développer une description ou apporter un commentaire Temps de la narration
    ≥ temps de l’histoire PAUSE
    « étirer » l’évocation de quelques secondes pour renforcer la tension dramatique Temps de la narration
    ≥ (+++) temps de l’histoire RALENTI
    Résumer certains
    événements Temps de la narration
    ≤ temps de l’histoire SOMMAIRE
    passer sous silence une période de l’histoire ELLIPSE
    F- L’ORDRE DU RECIT
     Le récit peut suivre un ordre chronologique : les actions sont présentées dans leur succession.
    ► récit linéaire.
     Le récit peut modifier l’ordre des événements en…
    • rappelant des événements passés (ex. souvenirs)
    ► retour en arrière. : analepsie
    • annonçant des événements à venir
    ► Anticipation. : prolepse

      الوقت/التاريخ الآن هو السبت ديسمبر 03, 2016 7:40 am